Bilan de ce siècle.

Introduction. (Blop).

Comme dans toutes les histoires ne faut-il pas commencer par un début ?, si vous allez au cinéma et que vous ratez le début du film aurez vous une réelle compréhension de la fin ?

Un bilan est aussi un peu le fruit d'une histoire, comme bien de nos décisions partent d'un passé, que cela soit conscient ou non, mais savons nous voir réellement l'essence de ce passé. Comme dans une récolte tous les fruits ne sont pas mauvais, (heureusement !), mais il faut aussi pouvoir en faire le tri, car si ce tri n'est pas fait consciencieusement, nous pourrions croire après à une normalité des choses.

Les évènements possèdent toujours une cause, cela n'est pas toujours celle que nous croyions voir en premier. Nous voyons naître des "méchants" comme par hasard, des fruits amers catalysant la venue d'évènements difficiles ou alors une poignée de gens de bonne volonté essayant même au risque de leurs vies d'y apporter un remède, mais ceux-ci sont aussi paralysés devant la profonde inertie d'un monde qui perd sa dignité.

Cela n'est pas non plus s'ancrer dans des valeurs passées, mais d'être aussi plus conscient du présent, de ces graines du futur, en tenant toujours compte de l'ensemble et pas du petit moi "dramatique" isolé.

Beaucoup de penseurs actuels et non des moindres voient aussi notre "course" aveugle aboutir à une catastrophe, je ne parle pas ici uniquement d'écologie, qui déjà transforme notre planète en une formidable poubelle, la rentabilité étant d'abord le mot clef, "après moi les mouches" et oui !, et des mouches nous en auront !

Mais je me demande aussi, ne fut-ce qu'avec les déchets nucléaires, parfois si bien cachés aux yeux du public, quel genre de "mouche" allons nous devoir avoir pour nous débarrasser des résidus demandant des milliers d'années pour être "assimilés", les budgets les plus prétentieux sont catastrophiques à l'échelle mondiale, cela bouleverserait tellement notre "économie" et nos "avantages" que personne n'a vraiment envie de faire "ceinture" ayant l'impression aussi de régresser. Mais sur cette planète il y en a déjà tant d'involontaires qui doivent le faire.

Nous avons fait un réel progrès !, du "tiers monde" celui-ci est devenu les "deux tiers" et cela n'est encore qu'une expression symbolique. Croire à cette continuité dans cette balance est aussi une totale illusion. Cela dans le temps ne sait tenir, bien des valeurs du passé nous l'enseignent inéluctablement.

Dans cet écart ceux encore sur "l'arbre perché" se rassemblent et s'accrochent de plus en plus croyant qu'avec cette mesure ils tiendront..., mais même l'arbre ne pourra les soutenir, comme dans un désert nous pouvons avoir tout l'or du monde, il ne sert plus à rien...

Certains pourraient dire quel pessimisme !, quel manque de positif, en général ceux qui parlent ainsi sont encore sur leurs arbres perchés ou refusent de voir, mais être réellement positif est la capacité de voir la réalité, en bien comme en mal, autrement cela n'est aussi que fabulation, ainsi que de pouvoir sortir de ce petit moi inclusif croyant encore que l'autre n'est que la pompe qui lui donnera le bonheur, quelle ignorance ! et qui est malheureusement majoritaire, car cette ignorance ne manque pas "d'arguments" vers tellement de soi-disant facilités ... éphémères et que de faux cadeaux pour attraper le poisson.

Mais devant tant de "progrès" que nous manque-t-il ?, parlons nous de ce qu'est l'homme ?,  devient-il une marchandise ou un potager qu'il faut gérer ? avez-vous si peu d'ambition pour vous-même et ceux qui vous entourent. L'astuce du moustique pour pouvoir vous "piquer" est si facile, il vous anesthésie d'abord à l'endroit voulu, puis seulement après... il vous pompe, le reste vous le connaissez.

Il est si facile de vous faire marcher, il suffit de faire marcher vos propres défauts, (que vous prenez parfois pour des qualités !), afin d'obtenir de "magnifiques" résultats. Croyez vous que les règles de la "pub" soient différentes.

Là aussi l'homme n'obéissant qu'à sa nature "désirs", prend cela pour de la volonté ...(et il croit choisir !), je ne parle pas ici des désirs "nobles", mais devenus de plus en plus rares. Ces forces de conditionnement sont bien plus fortes que vous-même.

Je dirai aussi : Si tu veux connaître le fruit d'une société ; regarde ses enfants... . Ce baromètre est bien plus juste que toutes les statistiques réunies et est à la portée de chacun, ce hasard n'existe pas, des enfants soldats, des enfants protistués et de tant d'autres en mal de vivre, nous sommes aussi participant à travers notre culture en "progrès", protégeant soi-disant nos acquits, mais ceux-ci sont-ils vraiment des fruits savoureux ou dotés d'un poison lent, mais inexorable.

Si les mafias existent, nous leurs donnons aussi toutes les nourritures nécessaires à leurs épanouissements. Notre culte du profit à n'importe quelle source n'en est qu'un exemple, comment voulez-vous que cela soit autrement ?

Nous reprochons ce que certains font en grand, alors que nous même individuellement nous le faisons en petit, cela ne marche pas ainsi et cela ne marchera jamais. Une société est aussi comme un corps, le sang doit circuler non seulement dans la tête, mais dans tous les membres de ce corps et seulement lorsque cet échange devient harmonieux, le corps en entier peut s'épanouir.

Donc commençons d'abord à travailler sur nous-même, en réalité il faudrait tellement peu d'hommes pour arriver à ce résultat en face des milliards d'individus peuplant cette planète. Car cette force de l'exemple est bien plus contagieuse que nous le supposons, mais le voulons nous réellement ?

Ce que nous ne sommes pas capables alors de décider par nous-même, des évènements bien plus durs se constituent alors dans le temps, cela n'est aussi en fait qu'une "aide" pour nous faire prendre conscience, mais que de souffrance nous pourrions éviter, nous sentons déjà en nous ce sentiment d'insécurité, palpable sous tant de formes différentes, mais celui-ci n'est qu'un prédateur de notre propre conscience endormie, autrement ce sentiment ne saurait exister.

Car cette planète ne fonctionne pas avec des tiroirs isolés les uns des autres, nous commençons doucement à nous en rendre compte, mais l'homme obéissant d'abord à sa nature "primitive" y cherche d'abord les "profits" personnel qu'il peut en tirer et cela l'excite... le miroir aux alouettes, alors qu'il ne démontre en réalité son peu de connaissance de lui-même et des lois naturelles.

Voilà aussi la véritable pauvreté présentée avec beaucoup de plumes colorées autour, alors nous appellons cela de la stratégie, des prévisions, oui d'accord, nous pensons aussi que tous les ingrédients s'y trouvent ?, mais cela ne marche jamais sur du long terme, sans nous poser plus de questions, d'ailleurs du long terme c'est impossible n'est-ce pas ? et la petite histoire continue ...

Je laisse maintenant Candide s'exprimer ... 

Blop.

Bilan de ce siècle. (Candide).

Devant tant de transformations il y a de quoi réfléchir. Savez vous que vous avez eu des époques ou à la fête de Noël et à la nouvelle année ou au lieu de ce remplir le ventre et de regarder la télévision, de danser, boire etc. vous faisiez ensemble le bilan de l'année qui s'était écoulée et projetiez ensemble vos espoirs pour l'année à venir, n'était ce pas beau cela ?, dans des veillées de petits groupes, n'était ce pas plus beau que ce que l'on fait maintenant ?, et cela est perdu.

Avant d'aller plus loin, posons nous la question ? Qu'est-ce qui nous a changé ?, qu'est-ce qui a fait que c'est devenu si difficile dans les familles entre les différentes générations et les couples par exemple, des genres de vie différentes dues aux progrès technologiques, qu'est-ce qui a fait en un siècle aussi, malgré que l'exemple que je vais donner ici ne date que d'un demi-siècle, il n'y a plus beaucoup d'entente entre les allemands de l'Est et ceux de l'Ouest, pourquoi ?Mode de vie très différent.

Je veux dire qu'en un siècle des pays ont dans ce que vous appelez évolué, ont amélioré une facilité de vivre et d'autres sont restés dans un mode de vie traditionnel, moyenâgeux et même souvent appauvri par rapport au siècle passé. Comme si pendant que vous avez gagné, eux ils ont perdu, ils n'ont plus que le strict nécessaire et encore !

Alors vous les ignorez, comme nous en avons déjà parlé, d'où vient l'indifférence !, (Voir Vulnérabilité de l'humanité.), parce que vous ignorez celui qui marche encore à pied d'un village à l'autre, ou qui court pour donner un message d'un village à l'autre, vous ne pensez même pas que cela puisse encore exister, pourtant cela existe encore...

Donc, pendant que vous vous êtes "améliorés ", d'autres peuples sont dans l'assombrissement, la décrépitude, l'appauvrissement, la limitation importante, qu'ils n'avaient pas connu avant. Mais ceci est encore une parenthèse par rapport à tout ce que j'ai à vous dire sur ce siècle.

Vous avez voulu faire éclater la vérité, vous avez voulu vous exprimez, vous avez voulu dire le vrai, dire le langage de la raison et faire ce que les lois de la raison vous avaient d'abord dicté, dans la philosophie puis dans l'économie et la physique, puis dans les objets de plus en plus matériels, vous avez voulu rendre les choses tangibles, faciles, socialement accessibles dans vos pays occidentaux. Tout cela est parti assez souvent quand même de la part de beaucoup de gens, pas tous !, mais est parti d'un bon sentiment de vouloir améliorer la condition des masses.

Vouloir ce mot démocratie, à part l'Athènes antique, mais ce mot démocratie est à la bouche seulement au 20ème. siècle. Donc là il y avait un grand espoir, d'amélioration, d'éclairement mental, des gens laborieux, des courants très positifs et cela est arrivé dans une certaine mesure, cela a donné aussi une possibilité ou bien souvent une illusion d'un choix possible pour les masses travailleuses, alors qu'avant elles n'avaient pas le choix, un cordonnier était fils de cordonnier, un forgeron était fils de forgeron, un marquis était fils de marquis etc..

Cet espoir d'égalité et aussi de fraternité, d'un peu de bien-être, de moins de souffrances, cet espoir à été fomenté par ces grands courants collectifs positifs, mais aussi par des courants négatifs. Les personnes qui ont pu comprendre qu'elles pouvaient réaliser leurs vies elles mêmes, qu'elles avaient le choix, ont choisi depuis environ cinquante ans la facilité, mais maintenant depuis quelques années cette facilité décroît, parce que d'autres problèmes surgissent, donc il y a une facilité de la vie domestique, facilité apparente... mais vous tremblez de perdre votre emploi et vous devez vous recycler, de nouveau étudier, apprendre dans toutes les classes sociales pour un nouvel emploi, vous réadapter.

Il y a donc un sentiment nouveau, malgré que vous avez des belles casseroles qui vont quasiment à la cuisine toutes seules, mais il y a au fond de vous, un sentiment d'insécurité, que vous masquer aussi, avec des nouvelles performances dans les technologies faciles, mais passons ceci n'est pas encore l'essentiel.

Pour y arriver, il faut creuser beaucoup et petit à petit voir l'essentiel. Vous avez eu dans ce siècle, ce siècle à levé beaucoup d'espoirs, l'espoir de la démocratie, l'espoir de l'égalité, l'espoir dans un système qui étant "parfait" ferait des hommes parfaits, l'espoir dans une éducation parfaite, tout cela à été déçu, il vous reste maintenant, puisque l'homme à besoin d'espoir, mais ne pourrions nous pas dire d'espérance...

Mais il vous reste l'espoir "énorme" dans la science, qui est gigantesque. Beaucoup de gens croient que dans l'an 2000, la souffrance sera devenue impossible, la souffrance physique... une petite pilule verte pour ceci, une petite pilule rose pour cela et plus de souffrance !, quelle illusion !.

Donc après avoir perdu d'énormes illusions sur le plan social, politique, éducatif, familiale, éthique, bien sûr religieux, la première désillusion a été religieuse et date bien d'avant le 20ème. siècle, mais après avoir perdu tout ces espoirs vous avez tellement investi dans la science et... vous n'avez pas encore votre déception... Vous l'aurez dans le 21ème. siècle, ah oui, vous l'aurez !!.

Qu'est-ce que l'homme ? Avec un grand "H" que veut-il ?, s'il est digne, est-ce qu'il veut vivre les yeux bandés, les yeux fermés, ou veut-il ouvrir les yeux ?, voir clair et comprendre la réalité telle qu'elle est. L'espoir cela veut dire : espérer dans des jours meilleurs sur cette terre et pour espérer des jours meilleures sur cette terre que faut il ?.

De quoi ai-je parlé jusqu'à présent qui n'a été déçu, parce que je n'ai pas parler de l'amour , que faut-il pour que des jours meilleurs s'installe sur la terre, ce n'est pas un système Marxiste, Léniniste, fasciste ou même écologiste, ce n'est pas le système lui même, c'est l'amour, si ce terme vous chagrine, commencer par comprendre ce qu'est la solidarité, la fraternité, hors l'amour des frères de l'espérance, l'espérance vous croyez que c'est l'espoir dans des jours meilleurs dans "l'au-delà" si vous êtes croyant, c'est un aspect de l'espérance, mais l'espérance c'est aussi d'être convaincu, être certain que l'on pourra s'améliorer soi, que l'on pourra devenir meilleur en soi-même, qui n'est pas nécessaire d'attendre la mort, que l'on peut devenir meilleur maintenant, que l'on en est capable, que ce n'est pas si difficile, il suffit de s'y mettre, alors viennent les améliorations et alors aussi vient le véritable espoir qui donne des fruits sucrés plutôt que la désillusion.

L'illusion vient de ce que l'on espère d'autrui, et l'espérance et même l'espoir viennent de ce que l'on espère de soi. 

Moi, je suis là, l'autre il est là, mais je ne suis pas sûr qu'il m'écoute, je ne suis pas sûr qu'il est réellement là, je ne suis pas sûr quand il dit oui, quand il pense oui, je vais t'aider, je ne suis pas sûr qu'il le pense, mais moi quand je me dis, moi je vais m'aider, je sais que je dis vrai.

Donc il faudrait pour le siècle prochain vous transformiez les illusions en espoirs, en espérance c'est-à-dire compter sur soi. Vous avez voulu, c'est sans doute le problème du 20ème. siècle, vous avez voulu transformer le monde, vous étiez déçus des religions qui vous lançait toujours la morale et vous culpabilisait, vous vous êtes révoltés, parce que chaque fois que l'on vous disait travaille sur toi, les gens qui vous ont dit cela n'étaient pas forcément des travailleurs sur eux mêmes, ils avaient de jolies bagues violette et des écharpes violette et des grands chapeaux, parfois aussi des grands territoires ou du moins ils l'ont eut, une force argumentaire et une érudition pendant des siècles et vous ont trop souvent culpabilisés. Non ce n'est pas bien ce que tu fais là !

Et vous vous êtes révoltés et on vous à empêché en quelques sortes, par une mauvaise éducation religieuse, l'on vous a empêché de faire un travail sur vous-même parce que l'on vous a trop harcelé, trop piétiné, amoindri et culpabilisé avec la religion, donc vous vous êtes révoltés et vous avez voulu que le bonheur ne vienne pas de vous même, comme vaguement on vous l'avais quand même dit.

Mais d'un système plus juste, rationnel, matériel, extérieur à vous et que tous ces gens qui prônaient votre propre humilité et votre propre perfection, ouvrent leurs portefeuilles, descendent de leurs estrades et vivent comme tous le monde. D'une certaine façon cette démarche était saine, mais vous vous êtes illusionnés.

Donc là principale erreur de ce siècle c'est d'avoir voulu transformer le monde, que ce soit du point de vue industrielle, politique, économique, monétaire, géographique, vous avez aussi construit tant de ponts, de barrages, creuser la terre dans tous les sens, vous l'aviez déjà fait dans le temps, mais pas avec autant d'intensité.

Donc le bonheur devait venir de l'extérieur et vous avez oublié que l'espoir d'un monde meilleur devait venir de vous, vous, chacun en particulier, ce petit vous, mais il n'est pas petit !, voilà ce que la religion n'a pas voulu vous dire. Que le petit "vous" n'est pas petit quand il commence à se transformer, il soulève des montagnes.

Et pourtant, ce petit moi, ce petit individu si puissant il se sent perdu dans la masse, vous êtes devenus si nombreux et pourtant, vous pouvez le voir encore aujourd'hui, ce n'est que deux ou trois individus qui peuvent provoquer un "tremblement de terre", sur ce que vous appeler la "mondialisation."

Il faut revenir à l'individu, à la culture du soi, là aussi vous pourriez le prendre très mal, mais vous n'aurez pas l'occasion, vous pourriez le prendre pour du narcissisme, de l'égocentrisme et de la coquetterie mentale, ce n'est pas cela. C'est retrouver l'espoir dans votre propre émergence.

Emergence du vrai moi, oh, comme cela peut être mal pris aussi. C'est très difficile quand vous êtes si nombreux et que pour gagner votre vie et même dans votre famille vous êtes devenus si menteurs, vous l'avez si souvent été, mais cela ne va pas avec l'émergence de l'individu, de la personne. 

L'émergence d'une personne peut réveiller des milliers de personnes, même dans ce siècle, vous en connaissez quelques exemples. Ne croyez plus que le bonheur est à l'extérieur de vous, à l'extérieur de vous, vous ne trouvez que des petits bonheurs, passagers.

C'est pourquoi aussi la sexualité dans votre époque est tellement décevante, parce qu'aussi vous avez pensé que l'autre allait tout vous donner, ce n'est pas vrai, cela ne dure pas, c'est une illusion, vous êtes "amouré" puis "désamouré", lorsque vous croyez que le bonheur est dans l'autre et toutes les religions ont dit dans leurs origines, tous les principes philosophiques, même Voltaire, qui n'était pas spécialement un grand catholique, à dit : que le bonheur était en soi, que c'était un jardin et qu'un jardin cela demande du travail pour atteindre la plénitude et même l'extase.

 Candide. Candide.

L'émergence de l'homme par le mensonge ne fait de lui qu'un pantin.
Blop

Blop Accueil


BLE>

Blop Accueil