Retour page d'accueil BLOP.    Forum : Trucs et Astuces

Nous sommes à une époque ou l'énergie et la pollution sont des préoccupations mondiale, si nous prenons par exemple les USA comme recordman de pollueur, la France qui pourrai paraître la moins polluée ne se réserve pas un meilleure avenir.

Pourquoi ? Si la principale source d'énergie pour la France est tirée des centrales nucléaires et comme celle-ci possèdent des durées de vies relativement courtes !, 20 à 30 années..., nous ne savons pas encore exactement comment vont finir les déchets radio-actifs. Le grand public est encore fort peu avertis.

Il faut savoir aussi que pour neutralisé une centrale nucléaire le prix est exorbitant ! environ 1000 fois sont prix à la construction, nous le savions pourtant au départ !, mais l'espoir fait vivre..., la facture s'annonce très dure... car il ne reste plus tellement de temps. Les US par contre défende le Pétro-dollar...

( court) EXTRAIT des pages de Mr. Brian HUEBNER. : Branchez-vous Solaire !

LE PROBLEME DU NUCLEAIRE

-Au moins 125.000 personnes sont mortes à cause de Tchernobyl. -23% de la Biélorussie est contaminée par de la radioactivité de longue durée (15 - 40 curies/m²). -Après l'accident de Tchernobyl, le G7 (le sommet des sept pays les plus riches) a promis de fermer les centrales "douteuses" des pays de l'Est - pas une seule n'a été fermée à ce jour.

On entend souvent dire que les centrales occidentales n'ont rien à voir avec celles des pays de l'Est étant donné leurs systèmes de sécurité sophistiqués. Supposons que ce soit suffisant pour nous rassurer - une des raisons majeures pour s'opposer au nucléaire, c'est les déchets mortels générés, quel que soit le type de réacteur utilisé.

Les coûts associés à la fermeture d'une centrale nucléaire sont 1000 fois supérieurs aux frais de construction, ce qui illustre bien le prix caché de cette technologie irresponsable.

A la fin de la vie d'une centrale, presque tous les éléments doivent être encapsulés pendant au moins 22.000 ans. Les constructions humaines encore debout n'ont que le dixième de cet âge. Aucune langue, aucune civilisation n'ont survécu aussi longtemps. Un gramme de plutonium 239 devient 1/2 gr. après 24.000 ans, 1/4 gr. après 48.000 ans, 1/8 gr. après 72.000 ans.

LE CHAUFFAGE A L'ELECTRICITE - QUEL GASPILLAGE !

L'utilisation de l'électricité pour chauffer est une aberration en termes de conversion efficace d'énergie primaire en énergie utile. Dans le cas d'une centrale utilisant une énergie fossile, il faut passer par toutes les étapes suivantes, avec des pertes importantes chaque fois!

1) Chauffage de l'eau à très haute température pour faire de la vapeur (pertes de chaleur). 2) La vapeur fait tourner des turbines, mais aussi avec des pertes. 3) L'action mécanique des turbines est convertie en énergie électrique avec des générateurs, mais avec une certaine inefficacité inévitable. 4) L'électricité doit ensuite être transportée pendant des kilomètres avec d'énormes pertes en ligne (le prix qu'on paye pour la production centralisée) 5) Finalement, il y a les pertes dues à la conversion de l'électricité en chaleur. Une solution bien plus efficace serait de brûler le combustible pour créer la chaleur là où elle est désirée, en éliminant tous ces stades générateurs de gaspillage. Il faut bien se dire que dans le meilleur des cas, on perd au moins deux tiers de l'énergie primaire en chauffant à l'électricité.

Pourquoi y a-t-il tant de cuisinières, de chauffe-eau, et de radiateurs électriques ? Tout simplement parce qu'il est bien plus facile de brancher une prise que de prévoir une arrivée de gaz, et l'investissement à l'achat est un peu moins élevé. Les architectes et les installateurs (et les consommateurs) doivent être sensibilisés à la nécessité d'éviter par tous les moyens possibles d'utiliser cette forme "noble" d'énergie pour chauffer. Même dans les pays où cette folie n'est pas réellement reflétée dans le prix, c'est le moyen le plus cher de chauffer. En Allemagne, par exemple, on paie entre trois et quatre fois plus cher lorsqu'on se chauffe à l'électricité plutôt qu'au gaz ou au mazout.

Or, si le chauffage électrique n'est qu'une aberration pour le consommateur moyen, il devient un luxe inabordable pour quelqu'un qui cherche à couvrir ses besoins électriques en utilisant le photovoltaïque. Rien ne vous empêche de le faire, mais il y a des moyens moins efficaces et plus agréables de gaspiller de l'argent Il suffit de regarder la différence de consommation électrique entre les appareils qui chauffent et les autres. Les seuls appareils couramment utilisés dans un ménage avec une puissance en watts de quatre chiffres sont les plaques chauffantes, les radiateurs électriques, les fours électriques, les sèche-linge, et les autres appareils munis d'un élément chauffant. A part quelques appareils qui ne sont utilisés pendant de très courtes périodes (fer à repasser, sèche-cheveux, petit four à micro-ondes), ces appareils n'ont pas leur place dans un ménage qui utiliserait de l'énergie photovoltaïque.

LE PROBLEME DE DIMENSIONNEMENT

Un grand nombre de questions se posent à ceux qui décident de faire leur électricité eux-mêmes sans être reliés au réseau. Il s'agit de trouver le juste équilibre entre ses besoins et la quantité d'énergie qu'on pense avoir à sa disposition selon un certain nombre de critères. Cette question épineuse ne se pose pas, du moins pas avec la même acuité, à ceux qui ont une installation connectée au réseau - si on ne produit pas assez pendant une période donnée, le réseau apportera la différence, et si on produit un excédent par rapport à ses besoins, il est utilisé par le réseau. Ce n'est pas le cas avec une installation autonome. Un déficit se fera sentir, et il est toujours frustrant de savoir qu'on produit trop.

POURQUOI L'ENERGIE SOLAIRE ?

Réfléchissons à l'origine de l'énergie que nous consommons. Lorsqu'on brûle du bois dans une cheminée, d'où vient la chaleur ? A quoi devons-nous le charbon et le pétrole, le gaz naturel et l'essence qui servent à produire notre électricité, à chauffer nos maisons, à faire tourner les moteurs de nos voitures ? Toutes ces formes d'énergie ont la même source. L'énergie du soleil se transforme constamment dans la végétation grâce à la photosynthèse pour créer de la biomasse, une énergie renouvelable, puisqu'on peut renouveler le cycle à volonté en plantant d'autres plantes. Le cycle entre la production et la consommation se mesure en mois ou en années.

Depuis l'aube des temps la Terre ensevelit et transforme la flore et la faune de la planète en combustibles fossiles, sources d'énergie concentrées bien enfouies en dessous de la surface terrestre : le pétrole, le charbon, le gaz naturel. Malheureusement, s'il faut plus d'un demi-million d'années pour que la biomasse devienne du pétrole, il suffit de quelques secondes pour brûler cette énergie stockée pendant les millénaires.

Il faut bien reconnaître qu'il s'agit d'une manière irréfléchie d'assurer nos besoins en énergie. Surtout si l'on considère qu'en une seconde, le soleil fournit assez d'énergie pour satisfaire tous les besoins actuels de l'humanité pendant 14 mois. Soit en un an, assez pour quatre siècles.

De même, les centrales nucléaires un peu partout dans le monde produisent non seulement de l'électricité pour nos besoins actuels, mais aussi des déchets qui restent dangereux pendant des dizaines de milliers d'années... alors qu'au-dessus de nos têtes, nous disposons d'une énorme "centrale" thermonucléaire (avec une capacité de 110 trillions de kW) qui pourrait couvrir tous nos besoins si on en avait la volonté ! Même si l'on n'utilisait qu'un millième de l'énergie solaire disponible, cela représente presque trois fois et demi la consommation énergétique de l'ensemble des habitants de la planète.

L'ENERGIE SOLAIRE, C'EST QUOI EXACTEMENT ?

L'expression "énergie solaire" recouvre trois choses totalement différentes, ce qui donne lieu à beaucoup de malentendus : Il y a deux techniques, dites thermiques, qui utilisent la CHALEUR du soleil. Le troisième sert à produire de l'électricité; c'est l'énergie PHOTOVOLTAIQUE (ou PV) - le sujet de ce guide. Mais avant d'en parler, jetons un coup d'oeil sur les deux autres :

1) L'énergie solaire passive, c'est l'art de planifier l'architecture d'une maison afin de bénéficier des rayons du soleil pour réduire les besoins en chauffage. Les principes de base en sont : orientation de la maison vers le sud, grandes fenêtres de ce côté, petites fenêtres sur le côté nord, choix de matériels ayant une bonne masse thermique pour absorber la chaleur pendant la journée et la libérer pendant la nuit etc. Il s'agit d'une technologie peu chère qui permet de faire des économies spectaculaires. Comme la plupart des maisons construites aujourd'hui seront toujours intactes lorsqu'on aura épuisé les réserves d'énergies combustibles, il faut absolument tenir compte de ces principes.

2) L'énergie solaire active utilise des capteurs plans pour concentrer la chaleur de la lumière pour chauffer un liquide. Quiconque a bu l'eau d'un tuyau d'arrosage exposé au soleil ou est monté en été dans une voiture brûlante comprend de quoi il s'agit. L'essentiel, c'est de "piéger" cette chaleur en créant un petit "effet de serre." Les installations les plus simples de ce type chauffent l'eau pour les besoins en eau chaude des ménages. Cette technique permet aussi de chauffer une maison en faisant circuler l'eau chaude dans les murs ou sous le plancher (le plancher solaire direct ou PSD).

3) Le photovoltaïque Les photopiles de la technologie photovoltaïque n'ont rien a voir avec l'énergie solaire thermique. Elles n'utilisent pas la chaleur, mais transforment l'énergie des photons directement en électricité grâce à des cellules solaires (ou photopiles) qui sont fabriqués avec des matériaux semi-conducteurs comme les "puces" de l'informatique.

POURQUOI CHANGER D'ENERGIE ?

Notre niveau de consommation énergétique représente un poids insoutenable pour la planète qui ne fera que s'alourdir au fur et à mesure qu'un plus grand nombre des habitants de la Terre se mettent à consommer autant que nous. -La production mondiale d'électricité a triplé depuis 1960. -Les pays industrialisés ne représentent que 25% de la population mondiale, mais consomment 80% de l'énergie. L'homme a choisi de brûler les énergies fossiles et de casser les atomes tout simplement pour faire tourner des turbines. Un peu de recul devrait nous faire réfléchir au degré de sophistication technologique du photovoltaïque. Il s'agit, après tout, du résultat des extraordinaires progrès accomplis par la recherche spatiale lorsque les scientifiques se sont intéressés à cette énergie sans combustible.

LE PROBLEME DES COMBUSTIBLES FOSSILES -

Les combustibles fossiles sont responsables de 90% des émissions de SO² et de NOx.

-La combustion des combustibles fossiles contribue aussi à l'effet de serre - un des plus grands soucis de notre époque. La moitié de ce réchauffement planétaire est le résultat des émissions de gaz carbonique dont 85% sont le fait de l'homme..

-En 50 ans, la consommation de combustibles fossiles a quintuplé. Selon l'Office of Technology Assessment de Congrès Américain, les réserves mondiales connues de pétrole seront épuisées en 2037. Cette source d'énergie n'aura été exploitée que durant 175 ans - bien peu de temps dans l'histoire de l'humanité. Même si d'autres prétendent que le pétrole durera encore 60 ans, et que le gaz naturel tiendra encore quelque 120 ans, la nature du problème reste inchangée. Le pire, c'est que bien avant cela, l'équilibre naturel de la planète sera sérieusement menacé. En dernière analyse, la crise énergétique des années soixante-dix n'a pas été tellement ressentie comme un problème de pénurie, mais plutôt comme un problème de prix. Dès que les prix ont chuté et qu'on a découvert de nouvelles réserves, on a recommencé a gaspiller ces ressources comme si de rien n'était.

POURQUOI LE PHOTOVOLTAIQUE ?

Le photovoltaïque est une technologie qui a fait ses preuves. Elle existe et fonctionne déjà de façon fiable dans toutes les parties du monde. C'est de l'électricité propre, non-polluante. Il n'y a pas de parties mobiles toujours sujettes à l'usure. C'est de l'électricité produite entièrement silencieusement, et qui ne nécessite que très peu d'entretien. On peut produire le courant là où l'on en a besoin, de façon décentralisée. sans investissements gigantesques sans mesures de sécurité draconiennes contrairement au nucléaire. Il suffit de quelques mois pour construire une centrale photovoltaïque, alors qu'il faut une dizaine d'années, voire plus pour réaliser un projet de centrale conventionnelle. Les panneaux photovoltaïques sont idéaux pour de petites installations. Ils sont facilement modulables. Ils ont une longue durée de vie. Une fois les investissements payés, on produit de l'électricité gratuite ! On élimine les frais (et les risques) de transport associés avec le pétrole, le charbon, l'uranium et le plutonium. Si la superficie de l'île de Manhattan dans la ville de New York était couverte de panneaux photovoltaïques, on pourrait satisfaire l'ensemble des besoins des Etats-Unis ! L'industrie photovoltaïque est en plein essor. En 1983, la production mondiale était de 15 MW,en '91, 50 MW, en '93, 80 MW. Le prix du photovoltaïque a baissé de 90% en 10 ans ! Et ce n'est pas fini !

Un panneau PV de 50 W (plus ou moins la taille d'une planche à repasser) = 90 kWh d'électricité par an ou 2 700 kWh pendant la vie du panneau (30 ans) ou l'équivalent de 4,8 barils de pétrole ou 1 225 kilos de charbon ou 1 814 kilos de CO² et 11 kilos de SO²

L'écart de prix entre les énergies renouvelables et les technologies polluantes diminue à un rythme impressionnant. Le prix est descendu de $100/Watt-crête en 1978 à $ 5/Watt-crête en 1994. Certains parlent de $2 d'ici peu.

L'électricité solaire, ça marche ! Un peu partout dans le monde, un nombre impressionnant de personnes utilisent des installations solaires pour satisfaire à l’ensemble de leurs besoins. Rien qu'aux Etats-Unis, plus de 20.000 ménages sont branchés sur le soleil (dont plus de 4.000 dans le seul état de Californie). C'est grâce à des enthousiastes comme eux que le marché des énergies renouvelables a pu démarrer.

UN AVANT-GOUT DE L'AVENIR -

Au bord de la mer à Castricum aux Pays-Bas se trouve une maison équipée de 23 m² de panneaux photovoltaïques intégrés dans le toit, avec une puissance de 2,5 kW. Les habitants peuvent y vivre confortablement sans être connectés au réseau.

-Plus loin sur la côte dans la ville de Zandvoort, on a construit une maison "zéro énergie" qui utilise les 3 types d'énergie solaire pour ses besoins en chauffage et en électricité.

-En Suisse, en Allemagne et aux Pays-Bas, on installe des panneaux photovoltaïques le long des autoroutes sur les murs d'isolation acoustique qui alimentent le réseau public d'électricité.

-En Australie, la société Telecom Australia utilise cette technologie depuis1975 pour assurer une couverture nationale. On installe des mini-centrales photovoltaïques dans ce pays en dehors des grandes agglomérations, puisque cela revient moins cher que d'installer de nouvelles lignes.

-Un projet en Suisse est en cours pour commercialiser des modules photovoltaïques dans des supermarchés. Ces panneaux seront capables de livrer de l'électricité directement au réseau.

-A La Barthe, une petite communauté dans les Pyrénées, les habitants ont décidé de vivre sans nucléaire. Pour se débrancher du réseau, ils ont installé des panneaux PV et une éolienne de 1 kW.

-En Angleterre du Nord, à Newcastle, un grand building de l'University of Northumbria est équipé de panneaux solaires le long de sa façade sud qui devraient couvrir la moitié de ses besoins.

-Les participants aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996 se promèneront dans les rues du complexe olympique illuminées à l'éclairage photovoltaïque. L'énergie solaire servira pour l'éclairage de la piscine olympique aussi. Des projets pour démontrer la faisabilité des énergies renouvelables pendant les jeux.

-Une grande centrale photovoltaïque (100 kW) sera intégrée dans le bâtiment de la compagnie d'électricité néerlandaise ENERCO à la Haye qui assure la distribution des villes de la Haye, Rotterdam, et Dordrecht. On estime qu'elle générera 75 MWh par an.

BRISONS LES MYTHES ET LES IDEES RECUES !

MYTHE: MAIS LE SOLEIL NE BRILLE JAMAIS CHEZ NOUS !

Un pays où le soleil ne brillerait jamais serait un pays où l'agriculture est impossible. Il est vrai que certains pays sont moins gâtés que d'autres, mais pas au point qu'on a tendance à croire. Les pays les plus ensoleillés ne reçoivent pas plus du double de la quantité d'énergie récupérable par le photovoltaïque dans les pays d'Europe Centrale, par exemple.

On ne peut pas faire pousser des tomates ou des fraises dans le nord de l'Europe pendant l'année entière sans serres, mais l'on n'en conclut pas pour autant qu'il faille abandonner les champs partout, même en été. Mais il y a autre chose : Le photovoltaïque marche aussi par temps couvert et à la lumière diffuse !

MYTHE: NOTRE QUALITE DE VIE EST L IEE A NOTRE CONSOMMATION ENERGETIQUE -

Avant la réunification allemande, la consommation d'énergie des ménages en RDA dépassait de 40% celle de la RFA, malgré un niveau de confort matériel bien moins élevé.

-Pour la production d'une tonne d'acier, il faut : 18 gigajoules d'énergie au Japon, 20 gigajoules aux Etats-Unis, 50 gigajoules en Chine ou en Inde

-En Allemagne, il faut 20 litres de mazout pour chauffer un mètre carré, alors qu'en Suède (où il fait plus froid), ils s'en sortent avec 10 grâce à un programme avancé d'isolation thermique.

MYTHE: LE TAUX DE RENDEMENT DU SOLAIRE EST TROP FAIBLE.

Si on compare les taux de conversion en électricité, les sources d'énergie conventionnelles semblent plus efficaces, mais l'erreur de ce raisonnement, c'est que les énergies fossiles et le nucléaire gaspillent toutes les ressources non- converties, alors que le solaire ne gaspille rien du tout. Taux de rendement :

1) pour les combustibles fossiles 35 - 40% (donc, 60 - 65% gaspillés)

2) pour l'énergie nucléaire 28 - 30% (donc, 70 - 72% gaspillée) Prenons l'exemple d'une centrale à pétrole qui a un taux de conversion "excellent" de l'ordre de 40%. Pas moins de 60% de cette ressource rare et polluante doit être exploitée, transportée, le plus souvent d'un bout de la terre à un autre et brûlée, tout en polluant à chaque étape, inutilement ! Le photovoltaïque, même avec un taux de conversion à l'heure actuelle de 10- 12% ne gaspille pas de ressources limitées. Le vrai gaspillage se trouve dans l'inutilisation des espaces qui seraient idéaux pour une production décentralisée d'énergie ! -sur les millions des toits des maisons individuelles, sur les toits des immeubles, des écoles, des usines, des piscines, des hypermarchés, des bâtiments publics, sur des balcons ainsi que dans de petites centrales, le long des autoroutes, le long des lignes de chemin de fer etc.

MYTHE: LES ENERGIES RENOUVELABLES NE POURRONT JAMAIS SATISFAIRE PLUS DE (10%, 15%, 20%) DE NOS BESOINS

Selon le rapport de la commission d'enquête du Bundestag daté du 2.10.90, il serait possible de produire entre le double et le triple de notre consommation énergétique à partir des énergies renouvelables.



Retour page d'accueil BLOP.