Livre d'OR.   Forum.

Retour page d'acceuil. Qu'est la philosophie. Qu'est-ce qui n'est pas enseigné à l'école. Avons-nous perdu conscience + Esclaves+ Ressoursage. Pensée positive ?
CandidePhilo

INTRO/novembre 1998

Bonjour,

Je m'appelle Candide, comme je suis à la fois très jeune ou pour certain très vieux... vous me pardonnerez (je l'espère) mes intrusions dans ce monde, pour certain je serai un peu comme un extra-terrestre, dans le sens d'être à côté de la plaque, mais ne pardonne-t-ont pas à celui qui ne sais pas ?

De toute façon je disparaîtrais un jour, donc vous n'avez pas à vous en faire. Mais ce qui me préoccupe maintenant cela n'est ni le passé, ni le futur..., mais ce qui est PRESENT, donc non pas les lecteurs hypothétiques, mais vous, Toi qui lis à cet instant précis ce message, qui au fond m'accorde un moment de Sa vie, cette liberté de lire ou ne pas lire la suite est en réalité un cadeau formidable, car d'un simple clic cette page disparaît ...

Ce que j'essaie de dire aussi c'est que le plus important est TOUJOURS le présent, savoir le vivre, même parfois dans la difficulté ou la douleur et ... sans crainte, ce qui est aussi un pas important vers l'avenir, même si celui-ci pourrait être sombre, cela n'est certainement pas toujours si facile. De toute façon le germe du futur est toujours dans le présent, si dans notre présent nous faisons ce que nous pensons être le plus juste, je dis bien le plus juste, bien des craintes pourraient disparaître.

Ceci est ma première prestation à cette page, d'autres viendront peut-être ?
Je vous fait déjà une réflexion sur la Philo dans le paragraphe suivant.

Candide.

Encore un mot ... à lire peut-être hors connection ...


[Retour Top (menu).]

Novembre 1998.


Réflexion sur les termes philosophie ou philosophe :

La philosophie est pour moi comme la définition peut-être trop oubliée de l'étymologie du nom de philosophe en grec, soit Philos-Sophos = Ami du Sage, qui sous-tend affection et modestie vis-à-vis d'un être sage qu'on estime pour sa sagesse.

Ce qui ne nécessite donc pas l'érudition ou la polémique et est à la portée de chacun de nous, du petit enfant au vieillard, comme du plus simple au plus élevé, c'est aussi plus fort que toutes théories, car l'expression de la sagesse doit se faire dans la vie de tous les jours, depuis nos actes les plus simples à nos décisions les plus importantes...

Ne pas confondre le Sage avec le philosophe, comme aussi ne pas confondre le philosophe avec les capacités intellectuelles ou une belle érudition, car si le mental peut-être très performant dans l'étude des choses matérielles qui demande cette analyse ou rigueur, cela se fait trop souvent au détriment de la véritable élévation de la pensée humaine, la confusion est facile, car si le sentiment n'est pas inclus, nous pourrions dire l'affectif, cette pensée aussi belle soit-elle n'est qu'une belle pierre froide et sans âme.

Il est parfois troublant de voir des expressions scientifiques réduisant nos sentiments, nos émotions à des échanges chimique, endorphines etc ..;, bien entendu cela existe, mais cette omission des CAUSES jette bien des troubles en particulier sur des personnes simples ou une certaine jeunesse.
Si même les causes ne sont pas connues, il faut aussi le dire, cette omission pourrait parfois être cruelle. Il est vraiment curieux de voir que dans bien des cas nos raisonnements se font à l'envers. Subjugué par les apparences et ne cherchant pas les causes réelles, les causes les plus profondes. Cette façon de voir se retrouve dans bien des secteurs de la vie. Un simple bon sens pourrait-être notre meilleur guide ? , mais de quoi avons-nous peur ?, car il faut aussi du courage.
La sagesse se cache-t-elle ? certains vous dirons que cela est périmé.. cela n'est-il pas non plus capituler.

CandideCandide.

La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.

Gandhi.


[Retour Top (menu)]

Décembre 1998


Réflexion : Qu'est-ce qui n'est pas enseigné à l'école ?

Nous fêtons cette année le 50ème. anniversaires de la DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME. La connaissez-vous ? , savez-vous aussi qu'il y est écrit s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés , que cela ne concerne pas uniquement les pays, mais aussi chacun de nous en particulier et que vous-même qui lisez ceci pourriez en avoir besoin ?
Voir la page d'acceuil.

Ce thème plus particulier : Qu'est-ce qui n'est pas enseigné à l'école ?, n'est qu'une introduction car par cette simple réflexion nous arrivons aussi à cette conclusion que nous manque t-il aussi ?
Nous avons depuis bien des années inclu dans notre forme de pensée différents modèles d'attitudes, théories, vrais ou faux, conscients ou non.

Je ne m'étendrai certainement pas dans les méandres infinis qu'engagent certaines attitudes, qui ne sont bien souvent appuyées que sur un fondamental bien plus simple. Tellement simple que nous aurions aussi bien de la peine à l'envisager, tant la multiplicité des dérives est vaste et nous égare dans bien des solutions de docteur pompier, nécessaires parfois, mais si les véritables causes ne sont pas reconnues.

Je me devrais de dépasser un peu le cadre de cette réflexion, tout en ne pouvant y mettre tous les aspects envisageables. Forcément ceci est très limité.

Si nous parlons d'attitudes celles-ci ne se construisent aussi que sur des modes ou croyances et cela sur bien des années et même des siècles, tout en incluant dans cette progression des réactions, chacun suivant sa nature, son milieu en établit ses convictions ou croit avoir des convictions personnelles.

Nous sommes bien trop souvent soumis à cet inconscient collectif fabriqué, là bien des fois où nous croyons voir un progrès, ce n'est en réalité qu'un piège ou parfois une certaine facilité apparente nous attire.

De là, nous avons toute liberté de construire du vrai comme du faux, comme par la suite de vivre dans nos réalités fabriquées et de ce fait y croire aussi et entretenue savamment par une minorité complaisante. C'est pourquoi aussi j'aimais pas mal ce terme Indien qui disait Maya, ce qui équivaut à illusion.

Nous en sommes devenus au point ou des Hommes de paix doivent parfois se cacher, être salis ou même être tués. Le profit comme le goût du pouvoir est devenu l'apanage et permet tous les coups, croyez-vous cela normal ?

Même le terme de réussite est prostitué, car dans bien des cas il cache de profondes misères morales. Mais l'extérieur est le miroir aux alouettes.

Si nous reprenons quelques termes que nous employons depuis bien longtemps, malgré que ceux-ci commencent à être ébranlés, mais font encore partie de nos formes éducatives.

Par exemple : la combativité, la compétition, le sérieux etc...

De prime abord à travers des termes aussi évidents nous ne pourrions rien trouver à redire. Ce qui à longueur d'années nourrit l'inconscient collectif et en fait automatiquement force de loi, mais aussi dans le sens littéral que sous-tend également cette pensée.

Je reprendrai en premier exemple cette phrase dite par un ministre X, plein de bonnes intentions.

Il faut armer nos enfants pour le combat de la vie...

A travers ce simple conseil nous voyons déjà que l'autre est l'ennemi, car pour combattre il faut au moins être deux ?

D'où nous devons déjà regarder l'autre avec méfiance, nous favorisons également le règne de la force et de l'exclusion.

Si la combativité n'a rien de péjoratif, sauf dans le discernement de son application.

Pour mes enfants je fais tout pour qu'ils réussissent dans la vie.

Donc nous avons institué des règles pour que les autres ne réussissent pas, et la peur devient aussi évidente, cela n'est pas un effet du hasard !

Comme tu es jolie ma petite fille ! , dans le sens : tu vas en faire tomber...

Une simple application du pouvoir de l'un sur l'autre et la révolte par la suite de la femme qui en ne fait que la récolte de ce jeu. Nous ne pouvons pas tout généraliser mais il faut aussi savoir ce que l'ont dit.

La compétition n'est pas mauvaise non plus. Mais sert-elle réellement d'encouragement ou de coopération ?

La naissance par exemple des Jeux Olympique, n'était présentée que comme des Modèles et ne possédaient pas cet écrasement, mais des encouragements et de la joie pour tous par la découverte de nouvelles possibilités, cette forme d'adversité n'existait pas ou si peu.

Un autre modèle pas mal repris, qui n'est pas directement cause de notre sujet, mais une résultante.

Ne perd pas ton temps à des choses qui ne rapportent pas, sois sérieux !

Ouais, mais un exemple aussi, la magistrature Française depuis les environs de 1850 à nos jours ne possède pas plus de magistrat (6500 environ), à croire que nous sommes devenus bien plus sages et moins nombreux ainsi que nos affaires sont devenues beaucoup plus simples !, donc cela sert particulièrement les gens sérieux . ., lorsque l'ont sait qu'il faut pour des affaires courantes parfois attendre 4 ans pour un jugement.

Que je me répète, je ne crois pas au hasard des choses, car même ce qui pourrait nous paraître le plus évident ou vrai aujourd'hui n'est parfois qu'une simple construction mentale au départ pour des intérêts particuliers, qui ne demande par la suite que d'être encouragée pour devenir une règle dans notre vie.

Bonne ou mauvaise..., nous avons ce choix, mais de gré ou de force nous en subissons les conséquences.

Si des millions d'hommes et de femmes pensent ainsi, il serait alors plutôt anormal que cela ne se produise pas ! , mais des intérêt puissants paralysent et entretiennent cette continuité de pensée et cette ge-guerre ne possède aucune frontière de milieu. Le serpent se mange lui-même.

Le gâteau est cuit et maintenant il faut le bouffer.

Mais que conclure alors ? , comment pour certains pouvoir en sortir malgré qu'une minorité fait tout pour que cela continue, car il est agréable d'être sur un arbre perché.

Il me semble que nous oublions que le principal n'est pas dans ce que nous appelons la réussite personnelle, telle qu'elle est trop souvent considérée aujourd'hui, et n'est pas un accès à des privilèges.

Une attention dès la plus tendre enfance à l'autre, afin aussi que cela devienne des attitudes réflexes et un conditionnement des plus porteur de fruit ainsi que l'encouragement par l'exemple. Cela est très simple et très difficile en même temps.

Je vois aussi que nous sommes à l'école de l'égoïsme et nous sommes étonnés des résultats et ne pensez pas que je me privilégie..., je le deviens aussi, mais j'essaye de comprendre...

Si des écoles de devoir existent, des gens très dévoués s'y consacrent, mais le bon élève dans une classe ne devrait-il pas non plus aider ses condisciples moins performants, cela existe déjà, mais si peu et les moins performants dans un domaine ne possèdent-ils pas aussi des qualités différentes et performantes.

Comme le temps est aussi la source de bien des stress. Cette aberration du temps devient parfois ridicule, massacrant les rapports humains, mais qui est responsable ? NOUS.

Je citerai ce proverbe chinois : pourquoi es-tu si pressé, es-tu si pressé de mourir ?

Si nous voulons connaître le fruit d'une société, ne faut-il pas regarder ses enfants, nous sommes aussi responsables de nos propres peurs.

La grandeur de l'homme n'est pas dans ces réussites apparentes, mais dans sa capacité de pouvoir faire grandir les plus petits et même le dépasser, de promouvoir leurs propres autonomies et cela... sans aucune dépendance. Cela n'est-il pas aussi de la dignité ?

L'échange Vrai est une des plus belles manières de construire.
Candide


La perfection des moyens et la confusion des buts
semblent caractériser notre époque.

Albert Einstein (1879-1955)

Retour Top (menu).
Avons-nous perdu conscience + Esclaves+ Ressoursage.