Dr en Médecine - Me en théologie

Ryke Geerd HAMER
Spécialiste en médecine interne

 

Alhaurin el Grande, le 8 mai 2001
Avec interdiction d'exercer depuis 15 ans pour avoir (textuellement) " refusé d'abjurer la Médecine Nouvelle et de revenir à la médecine d'école ".  

au

Tribunal de Grande Instance
Monsieur Michel Mollin
Président du Tribunal
Palais de Justice BP 1023

F- 73010 CHAMBERY- cédex
Fax. 00 33 4 79 33 80 67

Objet : cas du Dr en médecine - Me en théologie Ryke Geerd HAMER

N° de parquet 9600 39 89
Accusé en 1ère Instance
a) d'exhortation contre la médecine d'état
b) d'incitation à la Médecine Nouvelle
dans le but d'exercer. Tout cela depuis l'étranger et par téléphone.

Monsieur le Juge Mollin,

Dans le cas référencé ci-dessus, j'ai l'honneur de vous informer que :

1 - Je suis malade
(voir les expertises et les scanners ci-joints) et c'est pourquoi je ne pourrai pas venir au procès prévu le 18 mai 2001 en raison d'un grave risque de section médullaire.
Comme j'ai eu le cancer des testicules en 1978/79 à la suite du décès de mon fils Dirk, les médecins d'école - contre lesquels j'aurais exhorté, d'après l'accusation - parleraient maintenant de métastases qui, au bout de 23 ans, seraient sorties du testicule (pourtant rapidement opéré mais toutefois pas à temps) sous forme de " cellules cancéreuses malignes ".
D'après d'hypothétiques suppositions, elles se seraient promenées à travers tout le ventre ou le derrière et auraient atteint la colonne vertébrale. Là elles auraient fait - tenez vous bien ! - non pas une prolifération cellulaire, comme des " cellules métastatiques raisonnables ", mais des trous dans l'os.
Et c'est grave parce que j'ai refusé et même fait vérifier officiellement par des universités étrangères, cette gigantesque croyance insensée de type ancien testament (" bénin " - " malin "), que la justice française m'accuse et me condamne pour exhortation contre cette médecine d'état falsifiée.

Monsieur le Président, vous voyez ici toute la bêtise de la pitoyable construction de ce procès destiné à abattre la Médecine Nouvelle en empêchant la discussion de ce différend scientifique d'être portée au niveau universitaire, mais en chargeant un juge pénal totalement incompétent en médecine d'éviter la discussion universitaire en condamnant l'une des parties.
Quoiqu'il en soit, les ostéolyses de mes 3e et 4e vertèbres lombaires sont non seulement extrêmement douloureuses, mais également très dangereuses, car le moindre choc pourrait provoquer une paralysie par section médullaire. Aucun expert médical au monde ne pourrait me conseiller de me rendre à Chambéry dans cet état, où en outre, - à l'encontre du droit - et comme je le sais de source sûre du palais de justice de Chambéry même, m'attend une arrestation immédiate pour m'interner dans une clinique psychiatrique dans le but de détruire ma personnalité.
La 1ère audience de cette 1ère instance qui a été non seulement une farce, mais une très sérieuse pièce de théâtre, nous l'a suffisamment démontré.
Ce n'est pas pour rien que mon avocat allemand a fait ce commentaire :
" avec ce procès la justice française s'est exclue de la communauté des états culturels d'Europe ".

2 - Je n'ai pas d'avocat.
Mon avocat Me Gaborieau a rejeté son mandat en mars, car elle n'avait le droit de photocopier qu'une partie très réduite de mon dossier.

3 - Je n'ai pas de dossier.
Comme dans le cas de l'avocat de Mme Sixt, M. Barthe Joël, la justice a visiblement déclaré secret 90 % du dossier. En particulier, il n'était parmi de photocopier que les 5% de témoignages négatifs. Bien que Mme Gaborieau ait déjà reçu le paiement des photocopies de l'ensemble du dossier, elle ne m'a jusqu'à présent photocopié aucune page du dossier.
Voir son dossier est le droit le plus fondamental de tout accusé !C'est apparemment typique de la justice française, de prononcer une condamnation tout en sachant que je n'ai pas pu avoir accès à mon dossier. C'est pourquoi je demande à la justice de me donner l'accès aux copies de l'ensemble du dossier, ainsi qu'aux 90% qui ont été - à l'encontre du droit -cachés à Mme Sixt lors de son procès.
Et il me faut un temps suffisant pour étudier un dossier de procès de 7 classeurs, d'autant plus qu'il faut d'abord faire traduire les pièces - un serait le minimum de temps dont j'aurai besoin, lorsque je serai guéri.

4 - Je ne suis pas en France.
Que le Tribunal veuille bien m'expliquer comment l'on peut commettre un délit en France lorsque - comme moi-, l'on n'est pas venu en France depuis 9 ans, en dehors de quelques heures à trois occasions : assemblée générale de l'ASAC (1993), funérailles de mon ami (1993) et traversée du pays (1996). J'aurais exhorté contre la médecine d'état et incité à la Médecine Nouvelle depuis l'étranger.

5 - Mandat d'arrêt.
Jusqu'à présent je n'ai pas été informé que le mandat d'arrêt de la procédure sans valeur du 31 janvier 2000 ait été annulé. Il doit être annulé !

6 - " Les experts ".
Dans la première audience les seuls experts autorisés étaient des médecins d'état. Les vérifications officielles de la Médecine Nouvelle (par les universités de Düsseldorf et de Trnava) ont été ignorées.

7 - Vérification de la justesse de la Médecine Nouvelle.
En dehors de l'élaboration aventureuse de culpabilité qui aurait fait honneur à un procès de l'époque de l'inquisition, le tribunal aurait dû vérifier loyalement ce qui était juste selon les règles scientifiques naturelles, c'est-à-dire vérifiable. Il est indispensable d'interroger mes adversaires scientifiques à ce sujet et il faudrait se rallier à leur jugement. La médecine d'état n'est pas vérifiable. La justice a déjà commis un gros vice de forme dans la 1ère audience.

8 - Les patients présentés.
Parmi les patients présentés par l'accusation ou par la condamnation sans valeur, aucun ne m'est connu, pas même de nom.
Je n'ai jamais vu l'un d'entre eux, et encore moins leurs dossiers médicaux.
Le tribunal jongle avec des cas de patients fantômes qui auraient, soit - disant, encore tenté de faire de la " Médecine Nouvelle " à la suite de la 10e chimiothérapie dont 90% d'entre eux décèdent habituellement.
Le tribunal veut me rendre responsable de cas qui n'ont, en réalité, rien à voir avec la Médecine Nouvelle, mais ne font que représenter la réparation des bêtises de la médecine d'état.

  Dr. en médecine - Maître en théologie
Ryke Geerd HAMER